Les thérapies

La pompe à insuline


Le traitement par pompe à insuline est une avancée extraordinaire pour les diabétiques qui souhaitent maîtriser leur diabète, et vivre une vie aussi normale que n'importe qui d'autre.

 

Grâce à la pompe à insuline, les diabétiques peuvent faire de l'exercice quand ils veulent sans craindre une hypoglycémie et sans avoir à s'alimenter au préalable. Ils peuvent savourer leurs repas sans s'inquiéter à chaque aliment ingéré. Ils peuvent vivre leur vie sans qu'elle soit limitée par les horaires des injections.


De plus, une pompe à insuline bien utilisée permet une atténuation considérable des risques de complications diabétiques telles qu'une affection des yeux, des reins et des nerfs. En effet, elle permet d'améliorer l'équilibre glycémique des personnes dont les glycémies fluctuent.

La pompe à insuline est un appareil de la taille d'un bippeur, porté à même le corps, dans une sacoche ou sur une ceinture. Un petit tube en plastique, appelé canule, est placé sous la peau. Il est situé au niveau du ventre, de la cuisse ou des fesses ; il se change tous les deux à trois jours.

basal - bolus

La pompe ne contient que de l'insuline à action rapide. Elle en délivre de petites quantités tout au long de la journée. C'est le débit de base qui couvre les besoins du corps en dehors des repas. Comme ces besoins ne sont pas les mêmes le matin, l'après-midi ou la nuit, l'équipe médicale programme plusieurs débits de base tout au long de la journée. On se rapproche ainsi au maximum du fonctionnement normal du pancréas .

Alors qu'avant les diabétiques étaient contraints de faire leur injection d'insuline à heure fixe, ce n'est plus le cas avec la pompe. Pour les repas, il suffit d'appuyer sur le bouton correspondant à la quantité d'insuline adéquate à administrer en fonction de ce que l'on mange. Cela permet de maintenir la glycémie stable et dans les objectifs non seulement pendant les repas, mais également aux autres moments de la journée et pendant le sommeil.

Une pompe à insuline est une alternative thérapeutique précieuse pour les diabétiques qui surveillent consciencieusement leur glycémie et pour ceux qui rencontrent des difficultés à la maintenir à un niveau normal avec d'autres traitements.

 

Injections par stylo


La principale question liée à l'administration de l'insuline consiste à savoir quand procéder aux injections de sorte qu'elles aient un effet longue durée et n'interfèrent pas avec la vie du diabétique. 

Depuis la découverte de l'insuline, les médecins ont expérimenté des méthodes pour une meilleure administration de sorte que le diabétique ne soit pas contraint de manger selon un planning strict pour éviter les variations glycémiques. Des repas trop espacés peuvent entraîner une chute de la glycémie, d'où un sentiment de léthargie, des vertiges, un tremblement des mains, une sudation et une certaine faiblesse. Manger trop tôt ou ingérer trop de sucre sans s'injecter la quantité d'insuline nécessaire pour compenser ces excès peut provoquer un pic de la glycémie.

stylo à injection


Le système d'injections quotidiennes multiples, parfois appelé système basal/bolus, permet de proposer une certaine flexibilité aux diabétiques de type 1.

Le système basal/bolus nécessite l'emploi de deux insulines :

  • insuline à action lente pour le basal : cette insuline est injectée une à deux fois par 24H et contribue au fonctionnement normal du corps en dehors des repas.
  • insuline à action rapide pour les bolus : cette insuline est injectée à chaque prise d'aliment ou de boisson sucrée pour couvrir l'apport de glucose.

Une fois l'insuline injectée, il faut se tenir à ce que vous avez prévu de manger au moment des repas. Si vous mangez moins, vous aurez trop d'insuline et vous risquerez l'hypoglycémie. Si vous mangez trop, il faudra vous refaire une injection pour couvrir cet apport de glucide supplémentaire.

Certaines personnes, notamment les enfants, supportent mal d'avoir à se piquer 3 à 4 fois par jour avec leur stylo d'insuline car il faut ajouter à cela les piqûres liées au contrôle de la glycémie. Il ne faut alors pas hésiter à discuter avec équipe médicale des autres options thérapeutiques comme la pompe à insuline.

Dernière mise à jour le : Septembre 2016